Résistance

Tout était bon pour retarder l'incorporation ou même y échapper complètement: faux dossiers médicaux, attitude insolente, opérations chirurgicales, mutilations, accidents volontaires et refus de signer le livret militaire.

Toutes sortes de subterfuges furent inventées par ces insoumis: caches, désertions, passages de la ligne de démarcation.

Beaucoup profitaient de leur permission ou de leur convalescence pour disparaître (avec les risques mortels encourus par leur famille). Certains tinrent la dragée haute à la Feldgendarmerie (Hackenberger Pierre fusillé à Farébersviller).

Avec le secret espoir de passer chez les Russes, beaucoup avaient emporté une carte d'identité, le livret militaire, la cocarde bleu blanc rouge.

Sur le front de l'Est, les évasions atteignirent leur maximum en 1944 suite aux appels à la désertion lancés par l'Armée Rouge.

 

Découvrez les témoignages des résistants à l'incorporation :

© 2015-2017. Tous droits réservés.