« 12 juillet 1943, j’ai été envoyé dans un régiment d’infanterie avec lequel j’ai sillonné la Ruthénie et la Pologne.

A Varsovie, avec un Lorrain et deux Allemands, je devais transporter des captifs russes à leur lieu de travail. Nous n’avions nous-mêmes rien ou si peu à manger, comment dans ce cas aider ces pauvres bougres ? Disposant néanmoins de quatre sachets de saccharine, je les ai donnés à une maman russe pour qu’elle puisse sucrer l’eau destinée à son enfant. Que faire d’autre ? Nous-mêmes étions également dans la gêne.

Expédié début novembre sur le front, j’ai subi les derniers combats du côté de Pokaty, en héritant au passage de quelques éclats de mortier dans les jambes et qui s’y promènent encore.

En juillet 1944, en compagnie de Jean Rossi originaire de Steige, après nous être soustraits de notre section, nous nous rendîmes aux Russes. Ce fut un jeune combattant de 18 ans qui nous captura. Il me dit : « Kamarad, komm, Krieg nicht gut…» Quand ses copains vinrent à notre rencontre, en deux secondes, ils nous dérobèrent tout. Je fus battu, tabassé par quatre Soviets parce que je portais une médaille de la Vierge. « Toi, Christ ! ». J’ai récolté des coups de pied et de poing au motif que j’arborais un signe chrétien, l’un des officiers m’a même visé.

Tambow. J’ai travaillé au kolkhoze.

Mais c’est la mort de mon copain Jean Rossi qui était dans ma compagnie et qui s’était rendu aux Soviets en même temps que moi, qui m’a beaucoup bouleversé. Un matin, il me dit : « Antoine, j’ai une bronchite, je dois rentrer à l’hôpital. » Huit jours plus tard, il était mort. Je savais qu’il avait une femme qui attendait un enfant qu’il n’a jamais pu connaître. Comble suprême de l’injustice, il ne savait pas parler l’allemand ! Encore aujourd’hui, quand je pense à lui, mes yeux s’embrument.

 

Lorsque je vois la génération actuelle tellement gâtée, qui rechigne sur tout, alors qu’à Tambow, on se jetait sur les pelures de pomme de terre que les Russes jetaient dehors, cela me met en forte colère. »

Woehrling Antoine

© 2015-2018. Tous droits réservés.